Pratiques négociants auto

Pour la première fois en France, il s’est vendu plus de véhicules essence que de véhicules diesel, selon les données du Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA).

Le resserrement des normes et des taxes, la mise en place des vignettes anti-pollution, le récent scandale Volkswagen ou encore les études sur les dangers du diesel ont sonné peu à peu la fin de la domination du diesel. Le carburant préféré des Français n’a plus la côte et cela se ressent sur les ventes.

 

Le diesel en déclin depuis plusieurs années en France

Depuis 2012, le diesel est en chute libre. Il aura fallu attendre janvier 2018 pour que la part des véhicules roulant au diesel approche la barre symbolique des 50 %. En mars, le diesel ne représentait déjà plus que 47 % du parc automobile français.

Les années glorieuses où le diesel représentait plus de 70 % du parc automobile sont terminées.

Une tendance qui se confirme également du côté des ventes de véhicules d’occasion :

  • avril 2014 : 330 500 voitures diesel d’occasion ont été vendues contre 145 000 voitures essence d’occasion ;
  • avril 2017 : 304 500 diesel d’occasion contre 152 000 essence d’occasion.

On perçoit une baisse du côté des immatriculations des véhicules d’occasion roulant au diesel (- 7,9 %), tandis que les véhicules essence sont en augmentation (+ 4,9 %). *

* Source : étude AAA Data pour Le Figaro.

De nombreuses raisons expliquent ce déclin :

  • augmentation du prix du litre : le prix du litre de gazole a augmenté de 4 centimes en 2016 et il devrait à nouveau augmenter en 2018 avec une hausse de 7,8 centimes le litre soit une hausse de 10 % ;
  • retour des vignettes Crit’air dans les grandes villes de France : les pics de pollution de plus en plus courants pénalisent les vieux diesel ayant interdiction de rouler ;
  • mise en place de primes généreuses pour la mise à la casse de son véhicule diesel et pour l’achat d’un véhicule propre ;
  • un contrôle technique durcit pour les véhicules diesel : dès janvier 2019, les voitures diesel subiront une batterie de test pour contrôler leur niveau de pollution. Il s’agit du “diagnostic 5 gaz”.

 

Fin du diesel : ce que ça va changer pour les garages auto

declin-diesel-comment-anticiper-ce-changement

Les négociants automobiles et garages auto vont rencontrer 3 principaux changements en terme de vente, d’achat et de maintenance.

Changement de discours commercial

Avec moins de véhicules diesel et plus de véhicules essence ou hybrides, les vendeurs devront adapter leur discours commercial. Ils expliqueront ainsi les nouvelles responsabilités écologiques de chaque conducteur.

Objectif : leur vendre un véhicule moins polluant, adapté à leurs attentes et  à leur budget.

Les vendeurs devront donc se montrer pédagogues pour convaincre les acheteurs.

Un approvisionnement différent

Le diesel représente une part forte du marché de l’occasion en France. Lorsque tous ces véhicules seront interdits de circulation, le marché de l’occasion risque de se trouver en déséquilibre. Et ce le temps que les garages automobiles réinvestissent dans de nouveaux véhicules pour combler le manque créé.

Autre changement : les négociants automobiles devront passer directement par les constructeurs qui proposeront des solutions globales. Véhicule + service, par abonnement.

L’approvisionnement de véhicules neufs ou d’occasion sera donc complètement transformé.

Maintenance : de mécano à électricien

Dernier changement et non des moindres, le métier va changer progressivement.

Les mécaniciens, habitués à travailler sur des moteurs diesel, devront se former pour être capables de réparer de nouveaux véhicules. Des véhicules plus propres comme essence, hybride ou électrique.

 

Plan climat : la fin des véhicules diesel et essence d’ici 2040 ?

voiture-electrique-changement-garage-logiciel-vo-vn

La fin de la commercialisation des voitures essence et diesel en 2040 est l’une des mesures phares du plan climat présenté en juillet dernier.

Afin de faciliter cette transition, une prime sera proposée aux ménages. Dans ces conditions, ils pourront remplacer leurs véhicules essence d’avant 2001 et diesel d’avant 1997.

Une mesure qui devrait inciter les différents constructeurs à développer encore plus rapidement leur gamme de véhicules électriques.

L’électrique ne représente encore qu’1,2 % des ventes en France.

Pour convaincre les acheteurs, les constructeurs et services publics devront relever un certain nombre de défis :

  • baisser le coût de production en produisant plus de véhicules pour proposer un prix de vente plus raisonnable (autour de 20 000 €) ;
  • proposer une prime de transition suffisamment généreuse pour convaincre certains ménages de changer leur véhicule ;
  • améliorer l’autonomie des batteries et leur temps de recharge ;
  • mettre en place plus de bornes de recharge ;
  • diversifier les types de véhicules proposés.

De nouveaux défis attendent donc encore les garages et négociants automobiles.

 

KEPLER SOLUTIONS vous accompagne dans votre activité de négociant automobile

KEPLER SOLUTIONS vous propose un accompagnement sur-mesure, adaptée à votre activité grâce à son logiciel tout-en-un 100 % web : KEPLER SOFT.

Gérez de A à Z votre entreprise avec efficacité grâce à un seul logiciel. Il combine tous les outils nécessaires au bon fonctionnement de votre activité de professionnel de l’automobile : comptabilité, facturation, gestion de votre parc automobile neuf et d’occasion, ventes additionnelles, suivi des réparations, SAV, vente, location, etc.

Demandez une démo !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *